Retraite Agirc-Arrco : la démarche à ne jamais oublier pour ne pas perdre vos droits

Si vous êtes bénéficiaire de la retraite Agirc-Arrco, voici une démarche à suivre. Dans le cas contraire, vous risquez de perdre vos droits.

Ce n’est pas la première fois que certains bénéficiaires de la retraite Agirc-Arrco oublient certaines étapes dans leur demande. Pourtant, en cas d’oubli, ils peuvent perdre certains de leurs droits. Dans l’objectif de faire profiter les seniors de leurs pensions complètes, l’Agirc-Arrco insiste sur quelques détails concernant le dossier.

Retraite Agirc-Arrco : l’État distribue de grosses sommes chaque année #

Quand vient le départ à la retraite, les salariés dans le secteur privé reçoivent leurs pensions par le biais de l’Agirc-Arrco. Selon les informations, ils sont plus de 13 millions de Français à bénéficier de la retraite complémentaire.

Chaque année, les autorités déploient une somme environnant les 87 milliards d’euros pour les anciens salariés du secteur privé. Pourtant, cette part de la retraite Agirc-Arrco ne représente que 20 % de la totalité de la pension pour les travailleurs précaires et 60 % pour les cadres.

À lire Malus Agirc-Arrco : Qui gagne et qui perd dans la réforme des retraites ?

Quoi qu’il en soit, la retraite complémentaire joue un rôle important dans la totalité des droits. Malheureusement par manque d’informations, certains pensionnaires ne savent pas très bien comment s’y prendre par rapport aux démarches à suivre pour recevoir la retraite Agirc-Arrco.

Ces derniers temps, les fraudes sont de plus en plus nombreuses. D’ailleurs, les personnes malveillantes n’hésitent pas à proposer des services frauduleux aux bénéficiaires de la retraite Agirc-Arrco. Et ceci a une énorme conséquence sur la réception de cette retraite complémentaire.

Quelles sont les recommandations de l’organisme pour éviter les arnaques dans le domaine ? #

Il faut savoir que les arnaqueurs dans ce domaine connaissent mieux que quiconque les démarches s’y afférant. C’est la raison pour laquelle ils arrivent à duper facilement les seniors bénéficiaires de ce régime. Ainsi, pour éviter de se faire avoir, il est impératif de rester vigilant par rapport aux différentes formes d’arnaques que l’on voit s’agrandir de nos jours.

La première approche des malfaiteurs est bien évidemment les appels téléphoniques, les SMS ou encore les e-mails. Si vous êtes donc un bénéficiaire de la retraite Agirc-Arrco et que vous recevez des messages ou appels douteux, il est important de contacter directement votre caisse de retraite.

À lire Retraite Agirc-Arrco : voici la revalorisation de votre pension (étapes clés)

L’organisme demande également aux bénéficiaires de changer systématiquement le mot de passe de leur espace personnel sur le site. De plus, il leur recommande aussi de renforcer la sécurité par le Service Connect. Il est fortement déconseillé de communiquer les identifiants et mots de passe à d’autres personnes. Et surtout pas par un appel téléphonique ou SMS d’un soi-disant représentant ou des collaborateurs du régime Agirc-Arrco.

Cependant, l’Agirc-Arrco rappelle qu’elle ne réclame jamais par SMS, e-mails ou appels téléphoniques aucune demande des détails de vos coordonnées bancaires. Malheureusement, si vous avez été piégé, il pourrait encore y avoir une opportunité de remédier à la situation.

Retraite Agirc-Arrco : Les étapes à suivre en cas d’arnaque #

Si vous doutez d’une arnaque ou d’un piratage à votre retraite Agirc-Arrco, ne tardez pas à agir. Alertez le plus tôt possible vos institutions bancaires en gardant toutes preuves s’y afférant (e-mails, SMS…). Déposez par la suite une plainte en ligne sur le site plainte-en-ligne.gouv.fr.

N’oubliez pas d’informer votre institution de retraite complémentaire de la situation. Dans certains cas, il est possible que vos allocations aient été suspendues sans justification. Il faut alors contacter l’Agirc-Arrco. En plus, il faut savoir que l’organisme lance désormais des campagnes digitales afin de permettre aux bénéficiaires de faire des suivis et d’anticiper sur la correction d’éventuelles erreurs.

À lire Modèle britannique (retraite prolongée) : travailler jusqu’à 71 ans, une nécessité pour sauver le système