Ces solutions pour payer moins d’impôts, voire être exonéré, si vous êtes à la retraite

Les personnes retraitées peuvent bénéficier de réductions d'impôts ou même être exemptées de les payer. Découvrez comment faire !

Les prix de consommation ne cessent d’augmenter, mais pas au même niveau que le revenu. Il est impossible d’éviter les dépenses liées à l’énergie, au carburant, au loyer et à de nombreuses autres charges. D’ailleurs, il faut également payer les impôts. Et si l’on vous dit que vous pouvez en payer moins cette année ? Voici les moyens d’y parvenir !

Impôts : Comment payer moins ? #

Les retraités peuvent payer moins d’impôts lorsqu’ils emploient une aide à domicile. Ainsi, ils bénéficient d’un crédit d’impôt sur 50 % des coûts du salaire de l’aidant. Toutefois, ce crédit d’impôt ne peut excéder 12 000 euros par an, généralement 15 000 euros la première année. Il est donc possible d’obtenir 1 500 euros supplémentaires si le foyer fiscal comprend un partenaire ou un senior de plus de 65 ans.

Mais il existe un plafond de 18 000 euros la première année et 15 000 euros les années suivantes. Celui-ci s’élèvera à 20 000 euros si le foyer comprend un invalide d’au moins 80 %. Le crédit d’impôt prend également en compte l’aide à l’entretien du jardin, le bricolage ou l’assistance informatique. Mais la somme correspondante ne doit pas dépasser respectivement les 5 000 euros, 500 euros et 300 euros.

À lire Modèle britannique (retraite prolongée) : travailler jusqu’à 71 ans, une nécessité pour sauver le système

De même, cette année, les retraités de plus de 65 ans et handicapés percevant moins de 17 200 euros bénéficieront d’une réduction de 2 746 euros. Pour ceux dont les revenus sont compris entre 17 200 et 27 670 euros, ce sera 1 373 euros. Si vous gagnez plus de 27 670 euros, vous ne pourrez en jouir.

Les personnes résidant dans des maisons de retraite pour seniors dépendants ont aussi droit à une réduction d’impôt. Celle-ci correspond aux dépenses liées à la dépendance, à l’hébergement et à la restauration. En fait, la réduction est de 25 % des dépenses, avec un plafond de 10 000 €.

Voici comment être exonéré de certaines taxes #

Les pensionnés invalides à 80 % possédant une carte bénéficient également d’une demi-part supplémentaire de leur impôt sur le revenu. Il en va de même pour les bénéficiaires d’une rente d’accident du travail d’au moins 40 %. Vous pouvez également avoir droit en cas d’une pension d’invalidité. Et sachez que chaque membre du couple en bénéficie différemment. Cela concerne aussi les anciens militaires titulaires d’une carte, les veuves et les veufs âgés d’au moins 74 ans.

Par ailleurs, certaines personnes à charge, donneront également lieu à abattement de l’impôt sur le revenu. Mais il doit s’agir d’un pensionnaire ascendant sans ressources. C’est aussi le cas d’une personne âgée de 75 ans ou autre qu’un ascendant. Dans ce dernier cas, il est possible de déduire le montant réel des avantages en nature. Toutefois, cette déduction n’excédera pas 3 592 € par an, hors obligation alimentaire.

À lire Retraite : assurance vieillesse, pension de réversion… tout savoir sur la réévaluation de ces dispositifs

Dans ce cas, le pensionné en question doit avoir une adresse permanente chez vous. Il ne doit pas non plus percevoir de pension alimentaire et ne doit pas être fiscalement à votre charge. De plus, son revenu imposable ne doit pas dépasser le plafond de l’Aspa.

Il est également possible de demander une réduction de l’impôt sur le revenu si vous versez une pension alimentaire à un parent. Et ce, même si ce dernier ne vit pas avec vous dans votre logement. Toutefois, vous devez présenter des preuves de paiement et utiliser vos propres ressources pour régler la facture.

Impôts : Réduction ou suppression de la taxe foncière ? #

Les résidents âgés de 65 à 75 ans peuvent réduire leur taxe foncière. Ils doivent toutefois disposer d’un revenu ne dépassant pas un certain seuil. En outre, ils ne doivent pas payer l’impôt sur la fortune immobilière et doivent remplir les mêmes conditions de vie. La réduction est systématiquement de 100 euros et sera déduite automatiquement par les autorités.

Par ailleurs, il existe une exonération de la taxe foncière si le retraité a 75 ans. Pour ce faire, ses revenus ne doivent pas dépasser 11 885 euros pour une première part, c’est-à-dire s’il vit seul. Ce montant augmente de 3 174 euros pour chaque part supplémentaire. Il sera donc de 18 233 euros pour un couple. L’exonération s’applique également aux bénéficiaires de l’AAH, de l’Aspa ou de l’Asi.

À lire Retraite CNRACL : les dates de paiement pour les anciens fonctionnaires en 2024

Par ailleurs, sachez que tous les citoyens bénéficient d’un plafonnement spécial de l’impôt foncier, quel que soit leur âge. Mais il faut présenter un revenu fiscal de référence inférieur à 27 706 euros pour une première part. Il y a une majoration de 8 209 euros pour la première demi-part, et de 6 157 euros pour la part suivante.