Retraite additionnelle : les conditions pour toucher la RAFP et les Français concernés

Les fonctionnaires peuvent augmenter leur pension de base avec ce complément financier. Il s’agit de la retraite additionnelle RAFP.

Dans la plupart des cas, ce sont les fonctionnaires qui bénéficient le plus d’une faible pension. Ce problème tient surtout de la difficulté d’accès à la fonction publique. Plusieurs personnes deviennent fonctionnaires de manière tardive et elles atteignent rapidement l’âge de départ. Pour cette raison, le gouvernement leur accorde donc une pension de retraite additionnelle.

Retraite : Une pension propre aux fonctionnaires #

La retraite additionnelle de la fonction publique ou RAFP vise tous les fonctionnaires. Cela signifie qu’elle ne tient pas compte du domaine de travail de ces agents. Elle intervient en effet à titre subsidiaire et sert d’appui à la pension de base.

Son attribution tient compte des cotisations versées durant les périodes d’activité. Ce qui la rapproche de la retraite complémentaire ! Néanmoins, la RAFP ne vise que les prestations financières n’entrant pas dans le calcul de la pension de base. Donc, elle ne touche que les indemnités et les primes.

À lire Modèle britannique (retraite prolongée) : travailler jusqu’à 71 ans, une nécessité pour sauver le système

Le calcul de la retraite additionnelle ne dépend pas seulement des cotisations. En effet, les périodes de travail cotisées et la qualité de la carrière peuvent aussi impacter son calcul. Sa contribution s’ouvre dès que l’assuré accède au travail pour cette raison.

Même si la retraite additionnelle semble générale, certains fonctionnaires reçoivent un traitement spécifique. Il s’agit surtout des magistrats et des professionnels de santé. En raison de la nature de leur travail, il est possible d’exclure certaines de leurs ressources lors du calcul de leur montant.

Son montant dépend de la cotisation du fonctionnaire #

La spécificité de la retraite additionnelle reste sa facilité d’accès. En effet, cette pension ne contient aucune condition d’ancienneté. Mais la longévité de la cotisation, avons-nous dit, peut impacter son montant. Alors, autant en faire la cotisation dès le début de carrière.

Comme exprimé ci-dessus, tous les fonctionnaires peuvent obtenir cette retraite. Donc même les agents non titulaires peuvent l’obtenir. En plus, ceux qui se trouvent sous le régime à temps partiel peuvent aussi cotiser dès leur plus jeune âge.

À lire Retraite : assurance vieillesse, pension de réversion… tout savoir sur la réévaluation de ces dispositifs

Le calcul de la retraite additionnelle ne tient pas compte des ressources du bénéficiaire. Contrairement aux aides sociales, cette pension connaît une certaine indépendance. En effet, l’organisme qui la gère se base uniquement aux points et la valeur des cotisations antérieures.

Pour la modalité de cotisation, les fonctionnaires doivent verser 10 % de leurs indemnités et primes. Donc, s’ils touchent 2 000 euros, ils cotiseront 200 euros et cela augmentera chaque année. Cette fois, l’employeur et le travailleur partagent cette cotisation à parts égales (soit 100 euros de chaque).

Retraite : Modalités de versement #

Le versement de cette retraite additionnelle se fait chaque mois comme les autres pensions. C’est la raison pour laquelle il faut régulièrement vérifier son propre relevé de carrière. Néanmoins, la RAFP est attribuée en avance et en principe au début du mois.

En tout cas, si vous voulez connaitre un peu plus sur votre RAFP, vous pouvez la consulter à travers votre compte. Néanmoins, vous devez connaître les modalités de versement de cette pension. Cette dernière peut en effet s’attribuer en forme de rente ou en capital selon son montant.

À lire Retraite CNRACL : les dates de paiement pour les anciens fonctionnaires en 2024