AAH : les maladies qui vous permettent de toucher cette allocation de la CAF

Vous êtes éligible à l'AAH si vous souffrez des affections médicales suivantes. Découvrez tous les détails ici !

L’AAH est une prestation sociale visant à soutenir financièrement les personnes en situation de handicap. Cet article explore alors les conditions d’éligibilité en mettant en lumière les maladies justifiant son attribution. Découvrez comment cette allocation peut être une bouée de sauvetage pour ceux qui en ont le plus besoin.

AAH : Quelles sont les conditions d’approbation ? #

L’AAH se positionne comme un pilier financier essentiel pour ceux en situation de handicap. D’ailleurs, cette aide sociale permet aux personnes confrontées à une capacité de travail limitée d’obtenir un niveau de revenu minimal.

Comme toutes autres aides sociales, il faut répondre à plusieurs critères pour bénéficier de l’AAH. Pour commencer, vous devez avoir au moins 20 ans et résider de manière permanente en France. Il est également crucial de respecter un certain seuil de ressources déterminé.

À lire Nouveaux montants des aides de la CAF : ce qui change à partir du 1er avril

En ce qui concerne l’AAH, il est impératif d’avoir un taux d’incapacité de 80 % au minimum. Toutefois, si vos taux sont comprises entre 50 % et 79 %, il existe toujours une possibilité d’attribution.

Par ailleurs, présenter une restriction substantielle est également nécessaire pour demander cette aide. De même, la personne dite handicapée doit donc éprouver des difficultés dans l’effectivité d’une activité professionnelle.

Les maladies éligibles #

Obtenir l’Allocation aux Adultes Handicapés est possible dès lors qu’une maladie est reconnue comme étant invalidante. Pour évaluer le taux d’incapacité, il faut alors se rendre à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Cette approche permet aux intéressés de déterminer s’ils sont éligibles ou non.

La MDPH reconnaît certaines maladies comme invalidantes. Cela peut être le cas des affections telles que la maladie de Parkinson, l’Alzheimer et les insuffisances cardiaques graves. De plus, l’Allocation aux Adultes Handicapés prend également en compte le diabète de type 1 et 2, la maladie de Crohn, le cancer, la migraine et l’obésité.

À lire Conditions actualisées pour les aides au logement de la CAF : Ce qui change en 2024

Par ailleurs, la MDPH évalue l’infarctus du myocarde et l’insuffisance cardiaque comme maladies éligibles à l’AAH. La valvulopathie, un cas plutôt rare, compte aussi parmi les pathologies concernées. Et cela en vaut de même pour les affections psychiatriques telles que les dépressions récurrentes ou les troubles bipolaires.

Il est important de noter que la MDPH évalue les conséquences physiques de ces maladies de manière minutieuse. Et pour cause, les répercussions peuvent varier d’une personne à une autre. Pour l’AAH, chaque cas est donc synonyme de traitement individuel.

Les dossiers à fournir pour demander l’AAH #

La première étape pour obtenir l’AAH est de préparer son dossier. Cette préparation doit inclure le formulaire Cerfa 15692*01, à remplir, dater et signer. En plus, les documents doivent également comprendre des documents attestant de son identité et de sa résidence en France ainsi qu’un certificat médical. Ces pièces sont ensuite à soumettre à la MDPH.

En ce qui concerne le montant de l’AAH, cela dépend des ressources du demandeur. En 2023 par exemple, le plafond s’élevait à 903,60 € par mois pour une personne seule. Une fois l’éligibilité du demandeur validée, celui-ci doit se rendre auprès de la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou de la Mutualité sociale agricole (MSA). Ce sont en effet les organismes qui prennent en charge le calcul et le versement.

À lire CAF : Les profils les plus à risque de contrôle révélés