CAF : ces Français qui présentent le plus de risques de se faire contrôler

La CAF peut effectuer des visites de contrôle chez les bénéficiaires. Beaucoup de Français seront soumis à une surveillance cette année.

La caisse des allocations familiales ou CAF offre des aides sociales aux foyers modestes. Mais pour cela, l’organisme demande aux allocataires de fournir des informations personnelles fiables. En 2024, une surveillance accrue des citoyens vise à réduire les fraudes. Découvrez ces catégories d’allocataires !

CAF : L’organisme veut réduire le taux des fraudes #

Depuis plusieurs années, la CAF rencontre des problèmes liés au versement des aides sociales. Selon la caisse, certains allocataires font tout pour l’induire en erreur dans son calcul. Cela a pour objet de la forcer à verser des montants excédentaires.

La CAF prend en compte plusieurs informations sur la vie quotidienne des demandeurs. Il s’agit de la situation familiale, personnelle et professionnelle. D’ailleurs, ces données servent à calculer le montant des allocations. Ainsi, les bénéficiaires doivent prouver leur bonne foi au moment de leur demande sous peine de sanction. Malheureusement, les sanctions ne suffisent pas à freiner l’accroissement annuel du taux de fraude.

À lire Nouveaux montants des aides de la CAF : ce qui change à partir du 1er avril

La principale source des fraudes aux aides de la CAF reste la pauvreté. La plupart des allocataires ont du mal à stabiliser leur pouvoir d’achat avec leur salaire. Ainsi, ils déclarent des fausses informations et fournissent des faux justificatifs auprès de leur caisse.

La CAF a inclus dans ses conditions générales plusieurs prérogatives. Ces dernières lui permettront de vérifier la véracité des informations déclarées. La caisse peut ainsi envoyer des agents dans la maison de chaque allocataire. Ces personnes ont le droit de solliciter des documents des bénéficiaires et peuvent également interroger leurs voisins.

Un procédé qui ne fait pas l’unanimité #

Ces derniers temps, beaucoup de gens ont critiqué le système de vérification de la CAF. En effet, l’organisme utilise un algorithme pour recenser les potentiels fraudeurs. La sélection se base sur le montant des revenus, le nombre de personnes dans le foyer et la situation personnelle.

Selon de nombreux experts, les résultats ciblent souvent les étudiants en alternance, les chômeurs et les handicapés. En gros, ce sont les gens dont le revenu ne dépasse pas 1 000 euros. Mais certaines personnes voient cette forme d’action de la CAF comme un acte discriminatoire.

À lire Conditions actualisées pour les aides au logement de la CAF : Ce qui change en 2024

Les juristes dont Jacques Toubon critiquent fortement ce mode de sélection. Ce dernier pense que les dossiers ne sont pas analysés de manière équitable. En effet, pour lui, tous les allocataires devraient être placés sur le même pied d’égalité. La CAF ne devrait pas ainsi se fonder sur des préjugés dans sa vérification. Donc, même les personnes à haut revenu peuvent commettre des fraudes aux aides sociales.

Plusieurs médias et journalistes partagent le même avis que Jacques Toubon. En effet, ils considèrent ce procédé de la CAF comme attentatoire aux droits de certains allocataires. Ils estiment que la procédure de vérification des fraudes manque de transparence.

CAF : Sanctions en cas de fraudes #

Certains auteurs de fraude affirment que l’erreur ne vient pas d’eux, mais plutôt de la CAF. Parfois de nombreuses personnes remboursent le surplus sans pour autant être convaincues de leur présumé fraude. Elles veulent juste éviter les démarches administratives pour la réclamation.

En tout cas, il serait judicieux pour les allocataires de bien vérifier les informations déclarées à la CAF. Cela évitera les sanctions qui peuvent aller jusqu’au plan pénal. En cas de nouvelle situation ou anormalité, contactez sans hésiter votre caisse pour mettre à jour vos informations.

À lire CAF : Les profils les plus à risque de contrôle révélés