PER mineurs (nouveautés 2024) : tout ce qui a changé pour l’épargne retraite des enfants

Depuis le 1er janvier 2024, plusieurs nouveautés sont entrées en vigueur concernant les PER mineurs.

PER mineurs : les moins de 18 ans peuvent désormais débloquer leurs économies placées sur ces plans de manière anticipée, sous certaines conditions. En revanche, ils ne sont plus autorisés à effectuer des versements volontaires et les parents ne peuvent plus ouvrir de PER individuel pour leurs enfants mineurs. Découvrons ensemble ce qui a changé pour l’épargne retraite des enfants.

PER mineurs : déblocage anticipé du plan d’épargne retraite pour les mineurs #

Avant le 1er janvier 2024, les titulaires d’un PER individuel ou d’un plan d’épargne retraite collectif étaient déjà autorisés à procéder à un retrait anticipé dans certaines situations bien précises. Parmi celles-ci, on retrouve notamment :

  • le décès du conjoint ou du partenaire pacsé ;
  • l’invalidité du titulaire du PER, de ses enfants ou de son conjoint/pacsé ;
  • la situation de surendettement du titulaire ;
  • l’épuisement des droits aux allocations chômage ;
  • la cessation d’activité non salariée suite à une liquidation judiciaire ;
  • l’acquisition d’une résidence principale.

Cette possibilité de déblocage anticipé est maintenant étendue aux PER mineurs.

À lire Investissement futé (retraite 2024) : où placer l’argent pour sécuriser leur avenir ?

Interdiction des versements volontaires pour les PER mineurs #

Alors que les personnes de moins de 18 ans disposant d’un PER peuvent désormais débloquer ou racheter les sommes déposées sur le plan de manière anticipée, elles ne peuvent plus effectuer de versements volontaires depuis le 1er janvier 2024. Cette mesure concerne l’ensemble des plans, qu’ils soient individuels ou collectifs.

Ouverture d’un PER individuel pour un mineur désormais interdite #

La loi de finances pour 2024 a également mis un terme à la possibilité pour les parents d’ouvrir un plan d’épargne retraite individuel en faveur de leur enfant mineur. En revanche, une alternative devrait bientôt voir le jour sous la forme d’un nouveau plan d’épargne ayant vocation à financer la transition écologique et climatique, qui sera accessible aux personnes âgées de moins de 21 ans à partir du 1er juillet 2024.

Que faire si votre enfant dispose déjà d’un PER ?

Si votre enfant possède déjà un PER mineur, inutile de vous affoler : cette interdiction ne concerne que l’ouverture de nouveaux plans d’épargne retraite. Les PER existants continueront de fonctionner normalement et les versements réalisés avant le 1er janvier 2024 resteront éligibles au dispositif.

À lire Guy Roux lève le voile : combien touche vraiment (un entraîneur) à la retraite ?

Les alternatives pour épargner en faveur de son enfant mineur

Même si l’ouverture d’un PER individuel n’est plus autorisée, plusieurs solutions s’offrent aux parents qui souhaitent anticiper les besoins financiers futurs de leurs enfants. Parmi les options possibles figurent notamment :

  • l’épargne classique via un Livret A ou un Livret Jeune ;
  • le placement dans un contrat d’assurance vie multisupport ;
  • la souscription à un plan d’épargne logement (PEL) ;
  • l’investissement dans des valeurs mobilières par le biais d’un compte-titres ordinaire (CTO), d’un PEA ou d’un PEA-PME.

En fonction de votre situation et de vos objectifs, il convient d’étudier attentivement chacun de ces dispositifs afin de prendre la décision la plus adaptée à votre cas particulier.

Conclusion : adapter sa stratégie d’épargne pour les enfants #

Face à ces changements importants concernant les PER mineurs, les parents doivent repenser leur approche de l’épargne pour leurs enfants. Si le déblocage anticipé est une avancée intéressante, l’interdiction d’effectuer des versements volontaires et d’ouvrir de nouveaux PER individuels pour les mineurs incite à se tourner vers d’autres supports d’épargne. Le choix d’une solution d’épargne doit donc tenir compte des nombreux critères.