Plan plein-emploi (Gabriel Attal) : Les propositions sur l’ASS, RSA, pour révolutionner le marché du travail

Lors de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée Nationale le 30 janvier, le Premier ministre Gabriel Attal a présenté les grandes lignes du plan plein-emploi qu'il entend mettre en œuvre.

Suppression de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), généralisation du RSA sous condition d’activité, nouvelle réforme de l’assurance chômage… Tour d’horizon des mesures économiques dévoilées par Gabriel Attal.

L’allocation de solidarité spécifique disparaîtra #

Gabriel Attal a annoncé la fin de l’ASS, destinée aux personnes au chômage ayant épuisé leurs droits. Cette allocation devrait donc disparaître prochainement.

Le RSA sous condition d’activité dès 2025 #

Conformément à la promesse de campagne d’Emmanuel Macron, l’éligibilité au RSA sera désormais soumise à la réalisation de 15 heures d’activité hebdomadaires. Si cette disposition est actuellement en cours d’expérimentation dans 18 départements depuis le 1er janvier 2024, le Premier ministre a précisé qu’il ne comptait pas attendre les résultats de cette expérimentation pour généraliser le dispositif sur l’ensemble du territoire.

À lire Réforme imminente (retraite en jeu) : pension de réversion et trimestres pour enfant sur la sellette

Réformer encore l’assurance chômage #

Le chef du gouvernement a indiqué vouloir aller plus loin dans la réforme de l’assurance chômage. Pour ce faire, il a annoncé qu’il demanderait aux partenaires sociaux de négocier de nouvelles règles en cas de déviation de la trajectoire financière de l’assurance chômage. Par ailleurs, il a déclaré que le gouvernement lutterait contre tous les pièges conduisant à l’inactivité dans le but d’atteindre le plein-emploi.

Agir sur les salaires pour réduire le nombre de travailleurs précaires #

Reconnaissant que la France dispose de salaires minimums nettement supérieurs à ceux de nos voisins européens, Gabriel Attal admet également que notre pays compte une proportion plus importante de travailleurs proches du salaire minimum. Dans ce contexte, il s’engage à agir pour que les secteurs professionnels qui continuent à verser des salaires inférieurs au minimum légal augmentent ces derniers, n’excluant aucune mesure pour parvenir rapidement à des résultats concluants.

Lutter contre la précarité grâce au plan plein-emploi

Le Premier ministre entend donc mettre en place un dispositif global destiné à favoriser l’accès et le retour à l’emploi des personnes éloignées du marché du travail. Le plan plein-emploi vise ainsi à garantir une meilleure prise en charge des demandeurs d’emploi, tout en incitant les entreprises à proposer des conditions de travail plus avantageuses et adaptées aux besoins du marché.

Des parcours d’insertion personnalisés pour accompagner les demandeurs d’emploi

Gabriel Attal souhaite mettre en place un accompagnement renforcé et individualisé pour les demandeurs d’emploi. Ce dispositif passerait notamment par la mise en place de parcours d’insertion personnalisés permettant aux personnes concernées d’accéder à des formations adaptées à leurs besoins, mais aussi aux offres d’emploi disponibles sur le marché.

À lire Astuces infaillibles (sauvetage retraite) : boostez le montant de votre pension dès maintenant

Réduire les inégalités dans l’accès à l’emploi

Les mesures annoncées par le Premier ministre visent également à réduire les inégalités d’accès à l’emploi, en particulier celles touchant les jeunes diplômés issus de milieux modestes ou les travailleurs âgés de plus de 50 ans en fin de carrière. L’objectif affiché du plan plein-emploi est ainsi de favoriser une meilleure insertion professionnelle pour ces publics souvent confrontés à de multiples difficultés pour accéder au marché du travail.

En somme, Gabriel Attal souhaite mettre en œuvre un ensemble de mesures ambitieuses afin de répondre aux défis posés par le chômage et la précarité en France. Le succès du plan plein-emploi dépendra toutefois de sa capacité à mobiliser l’ensemble des acteurs concernés : entreprises, partenaires sociaux, acteurs locaux et nationaux, et bien sûr les demandeurs d’emploi eux-mêmes.