Immobilier locatif : faut-il encore miser sur les SCPI en 2024 ?

Au mois de février 2023, les actions de la société civile de placement immobilier (SCPI) Laffite Pierre se négociaient à 450 euros.

Jusqu’en février 2023, les SCPI étaient florissantes #

Aujourd’hui, elles ne valent plus que 372 euros, soit une chute vertigineuse de 17,33%. Au total, 23 SCPI ont vu leur valeur chuter au cours des 12 derniers mois. Toutefois, ces SCPI représentaient à elles seules plus de 35% de la capitalisation totale.

La crise des taux d’intérêt bouleverse le marché immobilier #

« Plutôt que de parler de crise spécifique aux SCPI, nous pouvons évoquer une crise des taux d’intérêt« , explique Stéphane van Huffel, co-fondateur de Netinvestissement. Les difficultés rencontrées par les investissements immobiliers sont aujourd’hui bien réelles. La baisse initiale des prix a inquiété certains investisseurs qui se sont empressés de retirer leur capital de peur de subir de nouvelles pertes.

Déséquilibre entre retraits et souscriptions

Au troisième trimestre 2023, les SCPI ont enregistré 1,7 milliard d’euros de demandes de rachat, un montant trois fois supérieur à celui enregistré au premier trimestre de la même année, selon l’Association française des sociétés de placement immobilier (ASPIM). « Pour honorer les demandes de rachat, les SCPI disposant de faibles réserves de liquidités doivent vendre une partie de leur portefeuille immobilier, accentuant ainsi leurs pertes », souligne Stéphane van Huffel. Par ailleurs, avec l’augmentation des retraits, la liquidité des SCPI diminue, car les rachats ne sont pas toujours compensés par de nouvelles souscriptions. Résultat : au 30 septembre 2023, pas moins de 98 SCPI avaient des actions en attente de rachat, selon les données de l’ASPIM.

À lire Frédéric Simon : comment est-il passé (avec brio) de tennisman à magnat de l’immobilier

Des rendements encore solides malgré tout #

Tout n’est cependant pas noir pour les SCPI. En moyenne, elles ont distribué autour de 4,6% de rendement net annuel après frais en 2023, certaines dépassant même les 7,5%. « Peu d’investissements peuvent se targuer de tels rendements », observe Paul Bourdois, co-fondateur de France SCPI. Certaines SCPI font encore mieux, comme Transitions Europe et Remake Live qui affichent respectivement des rendements record de 8,16% et 7,79%. De son côté, Iroko Zen, une SCPI sans frais d’entrée, maintient un taux de distribution supérieur à 7% depuis trois ans consécutifs. « Lorsqu’on investit dans des SCPI, l’objectif principal est de générer des revenus réguliers sur le long terme. Si le cours de l’action augmente avec le temps, c’est du bonus », rappelle Stéphane van Huffel.

L’importance de la durée d’investissement

« Les cours des actions peuvent fluctuer, mais sur le long terme, ils ont généralement tendance à augmenter », note Paul Bourdois. Autrement dit, les investisseurs les plus impactés par les récentes baisses de valeur sont ceux qui ont investi récemment. Ceux qui respectent une durée de détention supérieure à huit ans, comme recommandé par l’Autorité des marchés financiers (AMF), sortent rarement perdants.

Comment choisir ses SCPI pour 2024 ? #

Pour réussir ses investissements en SCPI en 2024, il est essentiel d’être plus sélectif dans le choix de ses sociétés, en se concentrant notamment sur la qualité du portefeuille immobilier et la stratégie d’investissement des gestionnaires. Les SCPI qui investissent dans des crèches, des maisons de retraite, des centres de données ou des entrepôts logistiques semblent bien positionnées pour tirer leur épingle du jeu. Il en va de même pour les SCPI européennes, qui bénéficient d’une plus grande diversification et de dispositifs fiscaux attrayants », conclut Stéphane van Huffel.

En conclusion, malgré la crise des taux d’intérêt et les inquiétudes des investisseurs, les SCPI offrent toujours des rendements intéressants et une certaine stabilité sur le long terme. Une sélection rigoureuse des véhicules d’investissement et un horizon de placement conséquent sont les clés pour tirer profit des SCPI en 2024.

À lire Kylian Mbappé et sa nouvelle demeure madrilène (aux histoires épiques)